4c140b21623b3c773c411c2f06dbe259-swing-tribal-pinstripes-by-vexels

tenorcarminaburana.com

♦ Joaquín Asiáin · Tenor ♦

Né à Navarra (Espagne). Le ténor allemand-espagnol a étudié à l’École Supérieur du Chant de Madrid et a complété sa formation à la Musikhochschule und Darstellende Kunst de Stuttgart. Il a gagné le troisième prix au Concours international VIII Lirico A. Catalani présidé pour Leone Magiera célèbre chef qui était le pianiste accompagnateur régulier de Luciano Pavarotti.

Il a reçu les enseignements de personnalités éminentes de l’opéra comme Alfredo Kraus, Thomas Quastoff, Aldo Baldin, Marimí del Pozo, William Matteuzzi

Joaquín Asiáin est ce qu’on appelle généralement « Tenore di grazia » – un ténor qui chant des tons exceptionnellement élevés.

  Joaquín Asiáin est un spécialiste du Cygne, il chant le rôle “ a  voix“  et  avec  une superbe mise en scène.Ce rôle a été chanté plus de 200 fois, par exemple à Madrid, Palma de Mallorca, Stuttgart, Graz, Cologne, Innsbruck, Bilbao, Francfort, Zurich, Monterrey, Salzbourg, Hambourg, Mexique D.F, Berlin …

♦ Video – You Tube ♦

https://www.youtube.com/watch?v=kUR4nc_ucuk

♦ Le Cygne ♦

La figure du Cigne  (Der Schwan) dans la  Carmina Burana est particulièrement significatif.

Carl Orff a composé cette arie pour ténor avec une tessiture extrêmement haut … 3 x c5 , 3 x re5  et 9 x Si4… tout composé en trois strophes. Orff a pensé et a écrit l’aria pour ténor (pas pour une voix de contre-ténor qui chant en fausset). En 1937 (année de la composition) n’a pas encore émergé la figure de contre-ténor á la scène d’opéra du monde. C`est  l`anglais Alfred Deller countertenor qui a sauvé dans les années quarante (plus tard la composition du Carmina Burana)lcette figure connu dans les quinzième et seizième siècles, en particulier dans l’interprétation de la musique religieuse en Angleterre.

 ♦ Quelques Critiques

PALAIS DES FESTIVALS DE BADEN-BADEN

… et le ténor espagnol Joaquín Asiáin. Ce dernier était le casting idéal pour le très haut air du cygne, sauf qu’il avait chanté ce rôle plus de 200 fois…

Veruschka Rechel – Badisches Tagblatt – 4.06.2019

775  anniversaire de la ville  Kleve – Stadthalle

… et le ténor Joaquín Asiáin brillait comme le cygne rôti , à pleine voix dans les plus haute tessiture. Un plaisir!

RP-Online – 13.06.2017

Mort du Cygne – Festsaal Tübingen

Tenor Joaquín Asiáin a offert un cygne mourant,avec les bras tendus , suppliant, et le chant très forte à pleine voix, voix de tête, avec des applaudissements mérités après son aria.

Achim von Stricker – Schwäbisches Tagblatt Tübingen – 1.02.2017

WÜRTTEMBERGISCHE PHILHARMONIE

Asiáin fait la complainte du cygne rôti dans un chef d’œuvre vocale et actoralment convaincant.
Christoph B. Ströhle Reutlinger General-Anzeiger – 03.10.2015

Auditorio Baluarte Pampelune

Joaquín Asiáin fait une superbe Olim lacus colueram, qui avec l’humour de basson, est devenu le meilleur moment de la soirée.
Xabier Armendáriz-Diario de Navarra – 4.05.2014.

Asiáin est un véritable spécialiste dans le rôle du cygne.
Teobaldos-Diario de Noticias – 6.05.2014.

Joaquín Asiáin brillait surtout comme le cygne rôti non seulement dans le chant, mais aussi dans l’interprétation que l’on veut Orff conçue comme une cantate scénique Carmina Burana.
Gernot Rader-Villach Kleine Zeitung – 08.07.2013

KONGRESSZENTRUM VILLACH

La qualité de la performance a été principalement déterminé par les trois solistes  ….
Parmi eux, il était le ténor espagnol Joaquín Asiáin avec des aigus superbe dans le chant du cygne.
Frank Gottschald – Rhein Main Presse Allgemeine Zeitung – 14.06.2012

NUREMBERG MEISTERSINGERHALLE

Un chef-d’œuvre d’une classe spéciale a offert le ténor Joaquín Asiáin. Il a joué le cygne rôti non seulement musicalement, mais aussi a montré son malheureux sort naturellement geste expressif.
Rhein Zeitung – 15.11.2011

CONGRÈS DE L’UNION CELLE

.belle et déchirante ténor parodie Joaquín Asiáin dans son solo « Olim lacus colueram ».
Rolf Dieter Diehl – Cellesche Zeitung – 19.09.2011

VIII Nordhessen KULTUR Sommerfestival

Joaquín Asiáin est l’un des rares ténors qui atteint des notes les plus élevées et est prédestiné à chanter le rôle du Cygne dans Carmina Burana. En plus de la scène humoristique croquante il a donné le chant du cygne rôti d’une note de plaisir artistique.
Ulrike Weinert – 31.05. 2011- Rhein Erft-Kreis

Joaquín Asiáin, l’un des rares qui chante la partie de ténor sans fausset, avec sa voix de ténor claire et chaude.
Hermann J. Settelmeyer – Die Rheinpfalz – 05.04.2010
Reutlinger General Anzeiger

Le Cygne dans la Carmina Burana est comme la reine de la nuit sur la flûte Mágique. Joaquín Asiáin a offert un air de complainte passionnant et dans l’extrême tessiture sans voix de fausset.
Reinhard Müller Konstanz Südkurier -13.07.2009

GREIZ  VOGTLAND – PHILHARMONIE

Parmi les solistes Joaquín Asiáin  a noté pour sa capacité à chanter des notes élevées. 

Katja Grieser- Ostthüringer Zeitung. 22.06.2009

.et Joaquín Asiáin comme un ténor exceptionnel avec une force d’interprétation impressionnante.

Raimund Kagerer-Grüne de Rheinfelden 20.07.2007

Congress Centrum Würzburg

Joaquín Asiáin est la voix pour ce rôle. L’enregistrement étrange de l’aria du Cygne  n’a pas de secret pour le ténor de Burlada.
Teobaldos – Diario de noticias – 25.01.2006

Parmi les solistes brillait Joaquín Asiáin avec son timbre clair et sûr tessitures élevées.
Dr. Dietmar Ebert, Ost Thüringer Zeitung, 04.07.2005